Prochain GP

Les saisons
Les équipes et les pilotes
Recherche



Technologie - Volants

 
ferrari_1952_1.JPGferrari_1_2001_1.JPG
Entre ces deux volants, 50 années de Formule 1 se sont écoulées.

Ferrari 1952
Et oui... il est bien loin le temps où les pilotes n'avaient qu'un cercle metallique... Aujourd'hui, pendant que la voiture roule en essais privés, en courses ou en qualifications, ou lorsque les pilotes se trouvent dans les stands, le pilote et son ingénieur doivent s'informer en permanence de l'état de santé de sa machine, du moteur et procéder à certaines interventions et/ou réglages. Le volant d'une F1 actuelle y répond parfaitement. Car à partir du moment où l'on arrive à inclure une commande d'embrayage, pourquoi ne pas poursuivre sur cette voie et rapatrier dans et sur ce même volant d'autres fonctions jusqu'alors disséminées à droite et à gauche dans le cockpit...
En moyenne, les Schumacher, Coulthard, Villeneuve ou Montoya en ont une vingtaine à leur disposition, manettes d'embrayage comprises, réparties selon leurs désirs pour une meilleure efficacité. Certaines sont essentielles, voire obligatoires, comme la commande du point mort et le limiteur de vitesse dans les stands. Cette révolution technologique s'est opérée progressivement biensûr mais on peut dire que c'est le lancement par Ferrari du volant auquel est intégré la boîte de vitesses semi-automatique qui a contribué à penser à mille et un progrès.

On retrouve aussi un interrupteur du système de communication avec l'équipe, l'interrupteur de secours et la commande de marche arrière. Facultatifs en revanche, mais néanmoins utiles, la pompe à boisson, les boutons de réglages de répartition du freinage, de la cartographie du moteur, de l'embrayage, du différentiel, de l'accélération électronique au départ, du mélange air-essence. Fonctions information également avec divers écrans et diodes disposées dans l'axe de la vision du pilote grâce auxquels il peut visualiser le rapport enclenché,
McLaren 1989
le nombre de tours effectué, le temps par tour et surveiller des données capitales comme la pression d'huile, les températures, le régime moteur... Peut-on aller encore plus loin encore ? On peut le croire quand on soit que dès la saison passée, Michael Schumacher pouvait lire certaines informations transmises par l'ordinateur de bord dans le bas de la visière de son casque grâce à de petites diodes.

Ci dessous, quelques photos de volant avec ou sans description des fonctions par boutons.
Le volant de la Prost AP02 est animé (en anglais).
Cliquez dessus pour les agrandir

Williams 2002
Ferrari 2000
Ferrari 2001 (Indianapolis)
Williams 2002 (Monaco)
ProstGP 1999
Ferrari 2002 (Monaco)
Volant de l'Arrows 1997
Volant de la Ferrari 2002
Le volant de la Ferrari 2001
Le volant de la Sauber 2000
Le volant de la Williams de 1998
Le volant de la BAR de 2003
Ferrari 2003
Mclaren Mercedes 2003

Date de création : 10/05/2013 - 09:30
Dernière modification : 02/02/2014 - 15:58
Catégorie : Technologie
Page lue 2226 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Connexion...
 Liste des membres Membres : 641

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 12
^ Haut ^