Prochain GP

Les saisons
Les équipes et les pilotes
Recherche



Saison 2006 - GP d'Australie

Les essais qualificatifs :

Le soleil était de retour dans le ciel de Melbourne à quelques instant du début de la séance de qualification sur le circuit de l’Albert Park. La température ambiante avoisinait les 20 degrés, celle du tarmac atteignait 28°. Un vent soutenu aidait à chasser les nuages.

  • 1ère partie – 15 minutes :

D’emblée, les Super Aguri, les Toyota et Toro Rosso s’élançaient sous les yeux de leurs camarades des grandes écuries qui choisissaient eux de patienter un peu avant d’entrer dans la danse. Un tout droit d’Ide ouvrait les débats. Le maladroit japonais ira visiter un bac à graviers quelques instants plus tard.

Jamais deux sans trois – la dernière pirouette de Yuji voyait sa Super Aguri et obstruer la piste. La direction de course se voyait obliger de brandir le drapeau rouge... au moment où le V8 Honda de la monoplace japonaise retrouvait de la voix, et son pilote à enclencher la marche arrière !

La séance reprenait sans tarder – pour 7 minutes - avec le rush de tous les pilotes en piste : Seule la McLaren de Kimi Raikkonen restait encore dans les stands. Une fois lancé, le Finlandais s’emparait de la première place d’où il sera délogé par Juan Pablo Montoya.

Webber, Trulli et Fisichella complétaient le Top 5 de cette première partie de la séance. Parmi les éliminés – on notait la présence de Rubens Barrichello et sa Honda – 17ème – ainsi que celle de la Toro Rosso de Scott Speed, des Midland Toyota et des Super Aguri.

  • 2ème partie – 15 minutes :

Le deuxième quart d’heure débutait sous un ciel toujours nuageux mais majoritairement bleu. Nick Heidfeld ouvrait le bal, suivi à quelques encablures par Jacques Villeneuve, pénalisé de 10 places sur la grille de départ après que l’équipe BMW Sauber ait été contrainte de changer son V8.

Heidfeld prenait l’avantage devant Trulli et Ralf Schumacher – mais l’Italien n’en restait pas là et invitait sa Toyota à la première place des computers – 1’26.327 – avant de voir Raikkonen puis Alonso – 1’25.829 - prendre la succession aux avant-postes.
Parti le couteau entre les dents pour boucler son tour rapide, Massa perdait brusquement le contrôle de sa 248 F1 après avoir empiété généreusement sur un vibreur.

Déséquilibrée, l’embardée de la monoplace rouge se terminait assez brutalement contre les pneus de protection. Si le Brésilien s’extirpait sans encombre de sa monoplace, le train arrière de la Ferrari semblait avoir beaucoup souffert.

Il ne restait que 5 minutes aux pilotes afin d’obtenir leur ticket pour la phase finale. Malheureusement, quelques gouttes faisaient leur apparition et empêchait les ténors d’améliorer leurs positions. Alonso restait ainsi crédité de la meilleure performance devant Montoya, Heidfeld, Webber et Raikkonen.

Dans le groupe des six exclus ont notait la présence ‘logique’ de la Ferrari de Massa mais aussi celle de Michael Schumacher. Les deux Red Bull Ferrari de Coulthard et Klien figuraient elles aussi parmi les éliminés. Tonio Liuzzi et Nico Rosberg disparaissaient également de la scène pour la phase finale.

  • 3ème partie – 20 minutes :

Fernando Alonso entrait sans tarder dans le vif du sujet – 1’28.942 – 7 dixièmes devant la Honda de Button, deux secondes de mieux que Raikkonen. L’Espagnol enfonçait le clou dès le tour suivant – 1’27.290 – performance qui reléguait Button à près d’une seconde derrière sa R26. Nick Heidfeld, puis Kimi Raikkonen réussissaient ensuite à réduire l’écart.

A moins de 5 minutes du drapeau à damiers, Montoya donnait le départ du sprint final – 1’26.391 – un chrono qui ne résistait pas à la détermination de Fernando Alonso – 1’25.778 - et encore moins à celle de Jenson Button qui s’emparait de la pole position en 1’25.229

Dans un dernier effort avant le drapeau à damiers, Giancarlo Fisichella rejoignait la Honda de son rival anglais sur la première ligne de la grille de départ. 
 C’est la troisième fois de sa carrière que le jeune britannique s’élancera de la première place d’un Grand Prix – position qu’il occupait à Imola en 2004 ainsi qu’à Montréal l’an dernier.

Avec cette performance, Jenson Button offre la deuxième pole position dans la catégorie à Honda en tant qu’écurie à part entière. John Surtees restait le seul à être parvenu à réaliser pareil exploit... à Monza en 1968. L’Anglais avait renoncé en course et laissé la victoire à la McLaren Ford du Néo-Zélandais Denis Hulme.

Fernando Alonso et Kimi Raikkonen se partageront la deuxième ligne dimanche au départ du Grand Prix d’Australie. Parti à la faute dans sa première tentative, Juan Pablo Montoya échoue à la 5ème place, juste devant la Toyota de Ralf Schumacher.

  • La grille de départ :
J. Button  pour_grille_de_depart.GIF  
1'25"229 G. Fisichella
  1'25"635
F. Alonso pour_grille_de_depart.GIF  
1'25"778 K. Raikkonen
  1'25"822
J.P. Montoya pour_grille_de_depart.GIF  
1'25"976 R. Schumacher
  1'26"612
M. Webber pour_grille_de_depart.GIF  
1'26"937 N. Heidfled
  1'27"759
J. Trulli pour_grille_de_depart.GIF  
1'26"327  M. Schumacher
  1'26"718
D. Coulthard pour_grille_de_depart.GIF  
1'27"023 V. Liuzzi
  1'27"219
C. Klien pour_grille_de_depart.GIF  
1'27"591  N. Rosberg
  1'29"422
F. Massa pour_grille_de_depart.GIF  
1'28"868 R. Barrichello
  1'29"943
C. Albers pour_grille_de_depart.GIF  
1'30"226 S. Speed
  1'30"426
J. Villeneuve pour_grille_de_depart.GIF  
1'29"239 T. Monteiro
  1'30"709
T. Sato pour_grille_de_depart.GIF  
1'32"279 Y. Ide
  1'36"164



La course :

On s'attendait à vivre un Grand Prix d'Australie spectaculaire et il le fut bien au-delà de nos attentes. C'est finalement Alonso qui remporte la victoire sans rencontrer la moindre résistance de la part de ses adversaires, mais l'Espagnol va certainement visionner la course ce soir pour comprendre ce qu'il s'est passé derrière lui...

Car il s'en est passé des choses! C'est à la bataille de Melbourne que nous avons assisté cet après-midi. Une bataille qui a fait de nombreuses "victimes", mais heureusement aucun blessé.

Le premier coup de théâtre a lieu juste avant le départ lorsque Montoya part en tête-à-queue alors qu'il faisait chauffer ses pneus en entrant dans la ligne droite, juste avant de se positionner sur la grille de départ.

Cette erreur aurait dû coûter cher au Colombien et seulement à lui (il doit se positionner sur la dernière place de la grille de départ), mais le directeur de course décide de donner le départ d'un nouveau tour de formation et Fisichella ne parvient pas à arracher sa Renault de la grille de départ et il doit donc se résoudre à prendre son envol depuis l'allée des stands. Quant à Montoya, il rejoint son emplacement sur la grille de départ comme si de rien n'était.

A l'extinction des feux, c'est Jenson Button qui prend le meilleur envol et qui réussit à s'engouffrer en tête du premier virage. Derrière, Alonso tente d'attaquer Button dans les premiers virages, mais il ne parvient pas à le passer. Les deux McLaren se tirent aussi la bourre entre elles, mais c'est finalement Raikkonen qui a le dernier mot et qui boucle le premier tour en troisième position... derrière la voiture de sécurité.

La voiture de sécurité est en effet entrée en action pour que les commissaires puissent dégager la Ferrari que Massa a écrasé sur un mur suite à un accrochage avec Nico Rosberg. La course est déjà terminée pour les deux pilotes. Le classement au 2e tour, derrière la voiture de sécurité: Button, Alonso, Raikkonen, Ralf Schumacher, Webber, Montoya, Heidfeld, Michael Schumacher, Liuzzi, Speed, Villeneuve, Klien, Sato, Barrichello, Coulthard, Ide, Albers, Monteiro, Fisichella et Trulli.

La voiture de sécurité libère la meute au début du troisième tour et Alonso se montre le plus réactif et subtilise immédiatement la première place à Jenson Button. Derrière, Mark Webber et Montoya prennent l'avantage sur Ralf Schumacher. Un peu plus tard, Montoya prend l'avantage sur Webber tandis que Klien, plus loin dans le peloton, écrase sa Red Bull sur un mur. C'est fini pour lui.La voiture de sécurité entre une nouvelle fois en action au début du 7e tour afin que les commissaires puissent dégager la voiture de Klien en toute sécurité. Ils en profitent aussi pour nettoyer la piste parsemée de débris divers...

La meute est libérée au début du 9e tour et Button se fait une nouvelle fois surprendre et doit céder sa deuxième place à Raikkonen qui fait cependant un énorme blocage de roue au freinage du premier virage. Montoya essaye aussi de régler son compte à Button, mais le Britannique résiste et parvient à se maintenir en troisième position.

Un peu plus loin dans le peloton, Liuzzi prend l'avantage sur Michael Schumacher au 11e tour et le septuple champion du monde qui est 8e est maintenant menacé par Speed. Etonnant!

Le top 12 au 14e tour: Alonso compte 4,1 secondes d'avance sur Raikkonen à l'entame du 13e tour. Suivent Button à 10 secondes, Montoya +11,2, Webber +12,2, Ralf Schumacher +13,9, Heidfeld +16,4, Liuzzi +21,8, Michael Schumacher +23,2, Speed +24,8, Fisichella +28,4 et Villeneuve +33,7.

Montoya et Heidfeld sont les premiers à ravitailler au 18e tour. Button, Ralf Schumacher et Fisichella en font de même le tour suivant. Alonso s'arrête au 20e tour, Raikkonen au 21e, Ralf Schumacher, Liuzzi et Sato au 23e, Heidfeld, Speed et Michael Schumacher au 25e, Coulthard au 29e, Barrichello au 30e et enfin Villeneuve au 33e tour.

Pendant ce temps, Webber a abandonné au 23e tour alors qu'il était en tête de la course, à la faveur des ravitaillements. C'est une énorme déception pour l'Australien et pour son public. Un peu plus tôt, Montoya avait pris l'avantage sur Button en lui faisant l'extérieur dans le second virage. Très belle manoeuvre du Colombien.
Alonso mène toujours la course au 32e tour avec 23,3 secondes d'avance sur Raikkonen, 26,5 sur Montoya, 29,5 sur Heidfeld, 37 sur Button, 38,4 sur Michael Schumacher, 45,1 sur Villeneuve, 47,4 sur Ralf Schumacher, 48,8 sur Liuzzi et 51,2 sur Fisichella.

Nouveau coup de théâtre à l'entame du 33e tour avec une très violente sortie de piste de Michael Schumacher qui écrase sa Ferrari dans le mur. Le champion allemand est sain et sauf, mais la course est une nouvelle fois neutralisée.

Tout le monde profite de cette neutralisation pour ravitailler et le nouveau classement derrière la voiture de sécurité (au 35e tour) est le suivant: Alonso, Heidfeld, Raikkonen, Button, Ralf Schumacher, Montoya, Fisichella, Villeneuve Liuzzi, Barrichello, Coulthard, Speed, Monteiro, Albers, Sato et Ide.

La voiture de sécurité s'efface à l'entame du 37e tour, mais pas pour très longtemps puisqu'elle refait son retour en piste dès le tour suivant à cause de la sortie de piste de Liuzzi. Quel Grand Prix!

Derrière cette quatrième voiture de sécurité, le classement au 39e tour est le suivant: Alonso, Raikkonen, Ralf Schumacher, Montoya, Heidfeld, Button, Fisichella, Villeneuve, Speed, Barrichello, Coulthard, Monteiro, Albers, Sato et Ide.

La course est relancée au 40e tour et Alonso se donne immédiatement de l'air, bien aidé par les Midland qui retardent Raikkonen et Ralf Schumacher. Alonso boucle ce tour avec 5,1 secondes d'avance sur Raikkonen, 6,2 sur Ralf Schumacher, 8,1 sur Montoya, 13,4 sur Heidfeld, 14,3 sur Button, 14,7 sur Fisichella et 18 sur Villeneuve.

Nouveau rebondissement dans cette course qui n'en a pourtant pas manqué: Montoya abandonne sa McLaren dans la ligne droite au 46e tour. Le Colombien a sauté sur le vibreur à l'entrée de la ligne droite et la mécanique de sa McLaren ne l'a pas supporté.

La fin de course est beaucoup plus calme. Tout le monde conserve sa position, l'objectif étant visiblement de rejoindre l'arrivée et on a pu le voir aujourd'hui, cela n'avait rien d'évident. Seuls Fisichella et Button assurent le spectacle, l'Italien essayant de prendre l'avantage sur Button dans les derniers tours. Mais l'Italien ne parvient pas à faire son affaire à Button et à l'entame du dernier tour il doit se faire à l'idée que la sixième place n'est peut-être pas une mauvaise affaire pour lui...

Et pourtant, Button nous offre un dernier coup de théâtre et on peut vous assurer qu'il se serait bien passé de ça. Son moteur Honda explose en effet à quelques centaines de mètres de l'arrivée. Le Britannique arrête sa monoplace dans la ligne droite des stands, à une vingtaine de mètres de la ligne d'arrivée, et sa cinquième place se transforme en dixième. Il est hors des points et cruellement déçu. Ca peut se comprendre...

C'est donc Fernando Alonso qui remporte cette course incroyable. L'Espagnol devance Kimi Raikkonen et Ralf Schumacher. Suivent dans l'ordre: Heidfeld, Fisichella, Villeneuve, Barrichello et Speed qui marque le point de la huitième place.

Prochain rendez-vous: le Grand Prix de Saint-Marin qui se disputera du 21 au 13 avril, sur le circuit d'Imola.

  • Meilleur tour : K. Raikkonen : 1'26"045
  • Le classement du GP :
1er
F. Alonso
2ème
K. Raikkonen
3ème
R. Schumacher
4ème
N. Heidfeld
5ème
G. Fisichella
6ème
J. Villeneuve
7ème
R. Barrichello
8ème
S. Speed
9ème
D. Coulthard
10ème
J. Button
11ème
C. Albers
12ème
T. Sato
13ème
Y. Ide



Texte de F1-Live


Date de création : 23/05/2013 - 22:10
Dernière modification : 14/06/2013 - 20:05
Catégorie : Saison 2006
Page lue 1312 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Connexion...
 Liste des membres Membres : 640

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 3
^ Haut ^